• Youtube
  • Facebook

Retour aux articles de presse

La philosophie permaculture

Projet expérimental, la Ferme Valdieu a mis la Nature au centre de sa philosophie.

Oublié son métier d’architecte à Paris! En 2016, Thierry Hazard et sa compagne, Marie-Claude Roux, ont racheté une longère du Perche pour concrétiser leur rêve, une ferme-pilote d’agriculture biologique, la Ferme Valdieu, mariant « la permaculture, le maraîchage bio, les polycultures, l’agroforesterie ». Prévu sur plus de 7 hectares, le projet comprend le corps de ferme abritant un gîte touristique et bientôt un laboratoire où  « nous produirons des bocaux de légumes, des confitures, des vinaigres » un séchoir « pour nos plantes à parfums et médicinales, nos baies et petits fruits ». En cours d’installation également, 400 m2 de serres bi-tunnel en aquaponie. Alentour, ils ont planté un verger, un jardin des baies, accueilli des ruches « pour nla pollinisation », visant de proposer à terme des visites pédagogiques. Quant aux cultures plein champs, elles couvrent 4 parcelles à La Chapelle-Montligeon, exploitées avec l’aide de bénévoles. « Ici tout se fait à la main, selon le calendrier lunaire ». Au printemps 2018, une école ouvrira ses portes, offrant de former les jardiniers amateurs, les agriculteurs en reconversion, les aspirants micro-fermiers.

Entre terre et lune

Autour de lui, Thierry Hazard a une douzaine d’intervenants, partageant l’envie de « transmettre des méthodes d’agriculture vertueuse ». Ce sera une école de patience, la permaculture faisant l’éloge de la lenteur. « Une philosophie de vie » témoigne le fermier-créateur, évoquant son approche « observer, être à l’écoute de la terre, cultiver en symbiose avec la nature, faire confiance au biomimétisme et aux combinaisons-amies du végétal » lui-même a appris les bases à Ferme de Sainte Marthe : associer le choux-fleur et la tomate, la carotte et l’oignon, etc. « l’un et l’autre se protègent des insectes », ou « utiliser la bourrache et l’aneth comme répulsifs naturels ». Le couple a semé les premières graines en mai dernier, enchaînant avec le label AB qui lui permet de vendre ses récoltes via le réseau Biocoop et sur les marchés. « 2017 a servi de test » note Thierry Hazard. Mais le bilan s’annonce positif puisqu’un comptoir « vente à la ferme » sera prochainement disponible, sans compter la suite « développer la marque Ferme Valdieu, lever des fonds par crowdfunding ». Objectif avoué « évoluer en start-up déconomie sociale et solidaire ».

Voir le PDF

Contacts

Raynald Hommet
Conseiller Entreprise
raynald.hommet@normandie.cci.fr

Retour aux articles de presse